Sur les paradis insulaires : retour d’une douce navigation entre terre et mer…

Fermez les yeux et imaginez une goélette traditionnelle qui navigue dans un décor de falaises karstiques plongeant dans les eaux cristallines et poissonneuses d’un archipel oublié, quelque part dans le triangle du corail, aux frontières de la Micronésie, la proue bravant le vent, la houle et les ondées équatoriales.

Réveillezvous sur une île déserte, bercé par le bruit des vagues qui effleurent délicatement le récif corallien et caressé par les rayons d’un soleil chaleureux, sous une chaleur écrasante. Autour de cet îlot de sable blanc, la marée dévoile un dégradé de bleus et de blancs majestueux qui sublime la carte postale avec intensité.

Savourez le bonheur de déguster un poisson grillé à même le sable sur une plage sauvage bordée de filaos et de cocotiers, alors que le ciel étoilé vous offre la promesse d’une journée douce et pleine de surprises.

Plongez dans une mer tiède et translucide et laissez-vous flotter au-dessus d’un jardin de corail multicolore, les yeux grands ouverts sur un aquarium tropical où se faufilent poissons clowns, poissons-chirurgien, fusiliers, murènes, bénitiers et quelques timides tortues. Haro sur le masque et le tuba, sans crainte d’un tête-à-tête avec un requin pointe noire : vous palmez ici parmi les récifs coralliens les plus riches du monde.

La tête toujours immergée, laissez-vous surprendre par le ballet fascinant d’une famille de raies Manta qui virevolte à travers une série de looping et de pirouettes juste sous vos palmes. La gueule grande ouverte, prêtes à happer le plancton, ces chauve souris des mers tournent les unes au-dessus des autres en formant une grande boucle toujours en mouvement dans l’eau.

Partez à la rencontre de communautés isolées, partageant, au bout d’un ponton ou dans une allée arborée, la joie de vivre des papous des îles, un peuple paisible et tout sourire aux cheveux décolorés par le soleil… Dans ces villages aux couleurs acidulées, règne une ambiance « bout du monde », rythmée par les marées, la pêche ou le chant du coq…

Immergez-vous au cœur d’une nature vierge, riche et intacte où la flore et la végétation rivalisent de beauté avec les fonds marins. Dans ce paysage endémique, la nature terrestre toujours exubérante et généreuse, constitue un terrain de jeu idéal pour l’Aventurier initié.

De l’incursion dans les montagnes épaisses recouvertes de forêts primaires où les bruits enchanteurs de la jungle couvrent le chant de l’Oiseau de Paradis, à l’exploration des mangroves de mer en kayak, l’aventure se décline dans un camaïeu de verts émeraude et de bleu turquoise aussi profonds que lumineux.

Paradis vert habité de lianes, de bambous et d’arbres millénaires, cet écosystème préservé rafraîchi par des cascades aux eaux tumultueuses, se découvre avec lenteur et délectation à travers une approche naturaliste.

Et lorsque la vie semblera encore manquer d’un soupçon de goût, alors même que le temps paraîtra ne plus exister, quand vous aurez su apprécié l’ultime sunset flamboyant sur le pont supérieur du bateau dans l’archipel de Wayag, un enchevêtrement d’îlots, de criques et de falaises de karst vertigineuses, vous pourrez enfin vous endormir sereinement, des étoiles plein les yeux remplis de rêves d’enfant, avec la certitude de ne jamais oublier toute cette grandeur et cette profusion de beauté.

L’archipel enchanté des Raja Ampat, un jardin d’eden situé entre Pacifique et Océan Indien

Raja Ampat… un nom qui déborde d’exotisme et se nourrit à lui seul de mystère.

Dans cet archipel enchanté de plus de 1500 îles situé à l’extrémité occidentale de la partie indonésienne de la Papouasie où l’immersion grandeur nature prend tout son sens, l’exploration se vit sans retenue, le temps d’un voyage extraordinaire où abondance et authenticité résonnent avec force et justesse.

A mi-chemin entre une odyssée sauvage et une douce robinsonnade à travers des paysages insoupçonnés, l’exploration de ces contrées reculées vous invite à vivre un véritable rêve éveillé, avec maintes alternatives de parenthèses bien-être, de bonheurs ensoleillés et de fabuleuses découvertes.

Luxe, calme ou volupté ? Tandis que les parfums exotiques subliment la navigation, la magie opère chaque jour pour un enchantement des sens sans cesse renouvelé… Plus qu’un simple voyage, c’est une aventure humaine secrètement gardée qu’il faut déchiffrer les yeux grands ouverts pour en apprécier toute la saveur.

Malheureusement, au-delà de toutes ces réminiscences et des superlatifs qui surgissent bien après le voyage, ce petit paradis, réservoir et joyau de biodiversité, peut-être rapidement victime de sa fragilité…

Si la pratique de pêche, notamment la pêche au cyanure ou à la dynamite, avait été réglementée par les autorités, l’Archipel étant protégé par les scientifiques pour leur richesse, mais également pour servir à reconstituer les récifs coralliens de la planète détruits par El Nino, les acteurs du tourisme ne respectent pas tous et pas toujours l’équilibre de cet écosystème.

Le 4 mars dernier, le paradis est devenu un enfer : un croisiériste britannique a heurté et détruit 13 500 mètres carrés de récifs coralliens près de l’île de Kri, mettant ainsi en péril tant la biodiversité que l’industrie touristique locale.

Comment un bateau de 4200 tonnes a-t-il pu être autorisé à franchir une zone aussi protégée lors de sa croisière ? Quel est la part de responsabilité du croisiériste ? Des autorités indonésiennes ?

A quoi bon sensibiliser les populations locales au respect de la nature, dès lors que l’on ne remet pas en question la responsabilité des acteurs du tourisme occidentaux ?

Entre désastre écologique et économique, cette catastrophe rappelle combien les impacts du tourisme peuvent avoir des conséquences néfastes sur l’environnement et son milieu.

Ainsi, l’acte même de voyager, ne doit-il pas passer par une prise conscience et faire en sorte qu’avec sa curiosité, le voyageur emporte dans ses bagages ouverture, respect et humilité ?

Voyage réalisé avec l’Agence Pirates’ Bay – http://www.piratesbaycroisiere.fr

————————————————————————————————————————–

Quelques lectures…

http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/03/17/indonesie-un-navire-endommage-des-recifs-exceptionnels_5095956_3244.html

Pour en savoir plus sur l’histoire passée et actuelle des Raja Ampat, découvrez le texte de l’anthropologue-voyageur Franck Michel qui apporte une vision moins idyllique ou plus modérée à la carte postale paradisiaque.

Cap sur l’Indonésie orientale, Franck Michel, Livres du Monde, avril 2016.

Publicités

4 réponses à “Sur les paradis insulaires : retour d’une douce navigation entre terre et mer…

  1. Bonjour Servane,

    Je vous remercie infiniment pour ce magnifique article si bien écrit!
    Pour avoir la chance de bien connaître le parc de Raja Ampat, vous avez su restranscrire la beauté des lieux mais aussi cette énérgie incroyable et si forte, avec cette ambiance toute particulière de bout du monde…
    Un grand Merci Servane! Nous espérons pouvoir vous accueillir à nouveau à bord du Natãraja pour vous emmener dans l’un de ces archipels merveilleux de ce magnifique pays qu’est l’Indonésie.

    Bien à vous,

    Yasmina et Yann, Natãraja

    • Merci beaucoup du compliment à vous deux et pour ce commentaire en réponse à ma publication ! Cet article n’est que le fruit de mon ressenti et d’une expérience qui, même si elle a été éphémère m’a comblée de beauté et de grandeur au quotidien. Je cherchais du dépaysement et une immersion « nature », mon rêve s’est donc agréablement réalisé ! Cette aventure n’aurait pu avoir lieu sans la disponibilité de tout l’équipage du Nataraja, sans le professionnalisme de notre guide non plus qui a su cadrer son équipe et nous faire découvrir un véritable petit paradis. En attendant de revivre un jour une expérience similaire dans un autre archipel sauvage d’Indonésie, je vais développer dans de futurs articles d’autres sujets relatifs à cette belle exploration, cette publication n’étant qu’un teasing pour faire rêver lecteurs et internautes passionnés… au plaisir aussi de vous rencontrer un jour, sur terre ou en mer ! A très bientôt, Servane

  2. Merci Servane. A travers ton blog tu me fais fait voyager et rêver. J’en ai bien besoin. Je ne me lasse pas d’admirer les photos, celles des enfants dans le village ne sont pas sans me rappeler un autre voyage…

    • Merci à toi, Lily, ma lectrice préférée ! Les rencontres étaient plus éphémères et moins intenses qu’à Mada, du fait du déroulement du format du circuit (= croisière avec nuitées sur un bateau), mais les enfants sont toujours aussi magnifiques, leur spontanéité et leurs sourires donnent chaud et coeur à chaque instant ; j’aime toujours autant ces moments d’échange et de partage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s